FFO15: Auteuil et l'Adversaire

Catégories : Divertissements

L_Adversaire_affiche.jpgComme à chaque édition du festival du Film d'Ostende, le "Master", en l'occurrence "la", doit choisir certains films devant concourir dans la catégorie du Maître du Jury. Maaike Cafmeyer ne failli pas à la tradition,  et présenta huit projections qui l'ont marquées durant sa vie. De Ikiru (Akira Kurosawa - 1952) à Adam's Apples (Anders Thomas Jensen - 2007), Maaike nous invitait à regarder le surprenant film de Nicole Garcia, l'Adversaire (2002), avec un étonnant Daniel Auteuil, dans un rôle tout en dérive, nous entraînant dans une tragédie insoutenable.

Même si la sortie en salle remonte à 2002, Nicole Garcia signe cette évocation de faits réels de main de maître, elle aussi. L'action se passe dans les années 90' et relate la chute aux enfers d'un médecin -du moins on le croit- victime de ses mensonges, à tel point qu'il devra aller jusqu'au non-retour pour une sortie ratée. Faisant croire qu'il est médecin, et travaille à l'OMS, le "docteur" Jean-Marc Faure nous balade dans sa dérive, sans pour autant deviner la fin tragique familiale. Vingt années de souffrance, vingt années de mensonges devenus insupportables, et un dénouement extrême. Tout comme sa vie, Faure va rater sa mort, et c'est peut-être cela qui le rend antipathique.

Aux côtés de grands noms du cinéma français, Daniel Auteuil campe le rôle d'un personnage intelligent, mais aussi dépravé, allant jusqu'à tuer sa femme, ses enfants et ses parents. La tentative sur sa maîtresse ayant échoué, il boutera le feu à sa villa, mais sera le seul rescapé de cette folie meurtrière. On y retrouve, François Cluzet, François Berléand, Bernard Fresson, Emmanuelle Devos et Géraldine Pailhas, dans les rôles principaux. Un film à voir, ou à revoir, à l'occasion d'une visite dans votre vidéothèque.

WP_20150917_001.jpg
Maaike Cafmeyer présentant ce film, avec toute la sincérité de sa lecture...

Robert Genicot - Photos: captures d'écran projection

 

0 commentaire Imprimer Lien permanent

Les commentaires sont fermés.