FFO17: Ôtez-moi d'un doute: comédie émouvante, acteurs pétillants

Catégories : Divertissements

ostende,ffo17,festival,film,mer du nord,cinéma,damiens,cécile de franceAprès le Festival de Cannes, dans la Quinzaine des Réalisateurs, où il fit un malheur, "Ôtez-moi d'un doute" fit le bonheur des festivaliers de la Côte belge. Avec des prestations exemplaires de deux grands noms du cinéma belge, sous la direction de la réalisatrice française Carine Tardieu, François Damiens et Cécile de France ne pouvaient que nous émerveiller. Sorti dans les salles la semaine dernière, les critiques de ce "doute" reflète la qualité supérieure de cette comédie.

La preuve est faite, s'il le fallait encore, François Damiens est un grand... un vrai acteur. Aux côtés de Cécile de France, sublime, Guy Marchand et André Wilms, les deux pères, Alice de Lencquesaing, sa fille et un Estéban complètement disjoncté, l'humoriste belge est bien autre chose qu'un simple troubadour. Le jeu exceptionnel, d'un homme troublé, et on le serait à moins, par l'annonce brutale de la non-paternité de l'homme qui l'a élevé. Femme, médecin, amoureuse d'un démineur, Cécile de France est vraiment au top, dans cette comédie émouvante de Carine Tardieu, qui sait rendre attachants ses personnages.

Lors de ce festival FFO17, ce film, sous titré en néerlandais, n'a peut-être pas rendu tout ce qu'il a dans le ventre. De par cette traduction, pas toujours fidèle et qui ne peut proposer le vrai sens du film, même si la salle était comble, le ressenti n'y fut certes pas. Des rires en décalage, une fin dans l'anonymat, et pourtant cela aurait du être souligné par un tonnerre d'applaudissement, comme ce fut le cas sur la Croisette. Mais voilà, la culture, quoi qu'on en dise, n'est pas tout à fait la même au bord de la Mer du Nord, et Cargo (le merveilleux film de Gilles Coulier) fut accueilli d'une tout autre manière. N'empêche, "Ôtez-moi d'un doute" est un merveilleux film d'aujourd'hui, très bien réalisé, sans excès, sans artifice, mais avec des acteurs au sommet de leur art.


0 commentaire Imprimer Lien permanent

Les commentaires sont fermés.